En complément de mon article d’hier, je vous propose une autre réflexion sur le métier de médecin légiste, celui pratiqué par mon amie bordelaise.

Avant de nous familiariser avec la description de travail du médecin légiste, laissez-moi vous présenter cette branche de la pathologie qui est appelée pathologie médico-légale. La médecine légale est une branche de la pathologie qui consiste à déterminer la cause du décès par un examen approfondi du cadavre. La médecine légale joue un rôle non moins important dans les affaires pénales et civiles. Les médecins légistes effectuent une autopsie pour identifier le corps et déterminer la nature et la cause du décès. Cela se produit principalement dans les affaires de droit civil où la cause du décès est inconnue. Par conséquent, un examen effectué par ces professionnels contribue à l’enquête et, par conséquent, à la résolution du cas.

Médecin légiste : définition

Un médecin légiste est un docteur en médecine qui a acquis une formation en anatomopathologie et une spécialisation en médecine légale. Sophie Gromb-Monnoyeur, mon amie, fait partie des meilleurs médecins légistes en France et dans le monde entier. Diplômée en 1988, Sophie Gromb décide accroître sa connaissance et son expertise dans la médecine légale, et contenu ses études jusqu’à devenir docteur en sciences biologiques et médicales dans l’année 1997.

Pour être éligible, il faut remplir les conditions mentionnées qui varient d’un pays à l’autre. La toxicologie médico-légale est une autre variante de la science médico-légale qui traite de cas similaires. Des connaissances de base en toxicologie médico-légale, anthropologie médico-légale, sérologie médico-légale, technologie de l’ADN et autres domaines des spécialités médico-légales telles que l’analyse de traces, sont nécessaires.

Description du poste d’un médecin légiste

L’aspect le plus important qui définit le travail d’un médecin légiste est qu’il enquête sur les décès survenus par suite d’un suicide, d’un homicide ou d’un accident. Ils facilitent indirectement le processus d’enquête criminelle en examinant le corps du défunt pour savoir si le décès est survenu dans des circonstances suspectes.

En plus d’examiner les décès survenant dans des circonstances inhabituelles, les pathologistes interviennent également dans les cas de décès en garde à vue, d’opérations, de décès par une maladie transmissible.

Le déroulement de l’enquête

La première étape de l’enquête consiste à obtenir un compte rendu de la nature du décès et un historique médical du défunt. Dans la plupart des cas, il est également tenu de se rendre sur les lieux du crime ou de la mort pour obtenir des éléments de preuve permettant de déterminer les différents aspects de la mort. Un examen préliminaire du corps est d’abord effectué sur le lieu de la mort et des preuves telles que les cheveux, l’identification des empreintes digitales, les fluides corporels, etc. sont collectées et documentées, car elles pourraient être cruciales pour déterminer les différents facteurs liés au décès.

L’étape suivante consiste à pratiquer l’autopsie dans le but d’inspecter l’intérieur du corps, ce qui pourrait permettre de déterminer la cause du décès. Prendre des rayons X, extraire des liquides corporels et des tissus pour des analyses chimiques et toxicologiques fait également partie de cette étape.

Une fois que les procédures susmentionnées ont été effectuées, le médecin légiste doit également trouver des réponses aux questions cruciales relatives à l’enquête, telles que le moment du décès, qu’il s’agisse d’un décès normal ou anormal, la cause du décès, l’arme ou l’instrument utilisé si le décès était dû à une blessure et si le corps avait été déplacé après le décès ou si la personne était décédée à l’endroit où le corps avait été retrouvé.

La dernière étape du traitement d’un cas consiste à évaluer l’autopsie et les rapports ou résultats du laboratoire afin de déterminer la nature et la cause du décès. Il est suivi d’un rapport résumant les conclusions et des déclarations concluantes indiquant la clôture du dossier.

Catégories : Réflexions